Do you want to view the website in English? X

REMORQUAGE EN LAGUNE….

Flo & Hugo viennent d’acquérir un nouveau bateau….
Ils changent leur « Open » du chantier naval mythique vénitien « Brube » spécialisé dans ces bateaux à fond plat parfaitement adaptés à la lagune….

Pour une « Pilotina », plus large, plus longue, plus lourde, « semicabinato », avec une semi-cabine à l’avant, une sorte de bateau à tout faire, un bateau de guerre comme dit Hugo….

L’ancien propriétaire donne les derniers détails sur son bateau….

Maintenant, il nous faut amener cette « Pilotina » au chantier naval où nous remisons nos embarcations…..
Comme ce bateau est vendu sans moteur, donc sans hélice et sans gouvernail, il n’est pas possible de le remorquer à l’arrière, le bateau non manœuvrable irait de bâbord à tribord, au grès des vagues, ce qui présenterait un réel danger pour le remorqueur comme pour le remorqué…. D’ailleurs il est interdit de remorquer un bateau non manœuvrable….
Unique solution, l’attacher bord à bord avec mon bateau…. Hugo prend la barre et nous voilà parti….

Va falloir naviguer doucement, 3 à 4 nœuds maximum, 7 kilomètres à l’heure….

Un nœud bien sécurisé à l’arrière….

Avec deux « parabordi », en français « pare-battages », en langage courant « pare-bat », pour éviter que les coques ne s’entrechoquent….

À l’avant, un nœud droit pour maintenir les deux bateaux parallèles….

et encore deux parabordi….


 
Et par sécurité, tout  à l’avant, un grand bout non serré reliant les deux proues, recours en cas de pépin….

On quitte le canal à Cavallino, nous avons bien une heure et demie de navigation pour rejoindre notre chantier naval situé au Lido, un peu avant Malamocco….

La météo n’est pas favorable….

Nous prenons des averses sur la « tronche »….

Des amis passant avec leur bateau ont photographié au loin notre pittoresque attelage….

Mon moteur Honda 130cv pousse l’ensemble….

Il y a quand-même de la vague, tout seul ce serait sans problème, mais attaché à deux, ce n’est pas pareil….

Nous prenons des coups, les « pare-bat » sont parfois bien comprimés à l’arrière….

Comme à l’avant….

Au loin, les travaux du « Moïse » qui préserveront Venise des grandes « aqua alta »….

Merdre!…. Voilà un paquebot qui sort et que nous n’avions pas besoin de rencontrer….

Nous allons nous serrer à bâbord près de la rive pour éviter ses vagues….

Le géant des mers passe près de nous, il pollue grave avec ses cheminées….

Bien content de le voir partir le « MSC Armonia »….

Nous continuons notre route….

Nos étraves jumelées fendent le flot….

Nous arrivons en vue de Santa Maria Elisabetta au Lido….
Ca devient bon, j’ai des gouttes d’eau sur l’objectif de mon appareil photo…..

Une fois passé les embarcadères des vaporetti, des motoscafi et des motonave, nous rejoignons notre canal des « Scoasse » qui nous mène directement au chantier, plus que quelques miles, quelques kilomètres,  mais moins de courant, moins de vagues, moins de trafic maritime, nous retrouvons avec plaisir une lagune d’huile…. Et un petit goéland droit devant….

Qui attend le dernier moment pour se déplacer….

Allez ouste, dégage !….

pas trop loin quand même….

Nous arrivons enfin à notre chantier naval…. Je m’accroche à deux pals tandis que Flo et Hugo sont obligés de partir à la rame….

Pour rejoindre la grue qui les sortira de l’eau….

Une aventure qui se terminera par quelques tournées de Spriss et une plâtrée de spaghetti au « Caparosoi », nos palourdes lagunaires….

Claudio Boaretto

Autres articles dans: TRANSPORTS Vivre a Venise