Do you want to view the website in English? X

RASSEMBLEMENT DE CORMORANS SUR LA LAGUNE DE VENISE

 La lagune de Venise, c’est une sorte d’Éden pour les oiseaux marins, les plus nombreux d’entre eux étant les « Gabbiani Reale » (goélands) et l’on voit souvent cette fameuse image typique de la lagune d’un goéland perché sur une « Bricola »… Les visiteurs habituels de ce site se souviennent de cette « foto » cocasse du goéland ayant capturé un « baigneur » en plastique, qui se révéla somme toute impossible à avaler…

01

Après les goélands, viennent les mouettes, un peu moins nombreuses, mais toujours perchées sur les « Bricole » comme cette mouette mélanocéphale…

02

Plus rares sont les aigrettes…

03

Puis, tout aussi discrets, les cormorans que nous appelons ici « Corvo de Mar » (Corbeau de Mer), souvent solitaire, et appréciant, tout autant que les autres, les « Bricole » pour surveiller les environs…

04

Le cormoran est souvent difficile à repérer dans la lagune car, contrairement aux autres oiseaux marins, il nage avec le corps complétement immergé et, comme un périscope, ne dépassent que le cou et la tête…

05

Autre particularité du cormoran, son plumage est partiellement perméable, ce qui lui permet de dépenser moins d’énergie pour plonger, moins d’air étant emmagasiné dans son plumage que chez les autres oiseaux marins, le rendant ainsi plus lourd. Il peut ainsi nager jusqu’à une quarantaine de mètres de profondeur pendant environ deux minutes… La lagune étant beaucoup moins profonde, « Tranquille Mimile »… Cela en fait aussi la terreur des « Valliculteurs » car le cormoran avale son propre poids de poissons par jour (2 à 3 kilos)…

Le revers de la médaille pour ce « Corbeau de Mer » est qu’il se doit ensuite de passer des heures ailes déployées pour faire sécher ses plumes…

06

Si le cormoran est solitaire quand il chasse pour se nourrir, il n’est pas dépourvu d’une certaine sociabilité… il arrive de l’apercevoir, quoique rarement et loin des passages fréquentés, en compagnie de ses congénères … C’est donc obligatoirement au téléobjectif que parfois on le « fotografie » en groupe d’une dizaine d’individus…

07

Quel ne fut pas mon étonnement alors, cheminant sur une des rives du Lido, de voir, fort éloigné, à peine visible, un gigantesque rassemblement de cormorans…

Malheureusement, les conditions de distance et de lumière se liguait contre le « fotograf » amateur que je suis : Temps couvert et gris et sujet visible qu’à travers la visée de mon téléobjectif poussé au maximum…

Voici ce que j’ai vu : une très longue bande, sur plusieurs centaines de mètres, de cormorans nageant sur la lagune :

08

Qui soudainement se mirent à voler, j’affirmerai sans fabuler que c’est près d’un millier de cormorans qui, selon leur vol habituel, rasèrent alors les eaux…

09

Mes « foto » hélas, limitées par le cadrage du zoom, ne peuvent donner l’impression de cette multitude…

11

Mais sachez qu’entre la première et la dernière « foto », mon objectif a parcouru environ 180°…

12

J’ai alors tenté une vidéo pendant quelques secondes, mais sur mon Nikon je ne peux pas filmer à travers l’oculaire du viseur, il est obligatoire de passer par « Live View », c’est-à-dire le viseur de l’écran, d’où un manque total de stabilité et une grande difficulté, avec un téléobjectif à 450mm, de garder un sujet si éloigné dans l’écran.… Mais bon, qui risque rien… J’ai filmé les cormorans dans le sens du vol, je les perds pendant une seconde, alors pour rendre compte de la multitude j’ai filmé dans le sens inverse du vol de ces corbeaux marins…

Première fois que je vois ce phénomène, ce n’est pourtant pas faute de trainer mes bottes sur la lagune, et je ne suis pas certain de le revoir…

13

 

Claudio Boaretto

Autres articles dans: EVENEMENTS Vivre a Venise