Do you want to view the website in English? X

« L’HERMINE » À LA 72ème MOSTRA DE VENISE

Dimanche 6 septembre 2015

À 17 heures dans la « Sala Grande »

Projection de « L’Hermine »  

Un film de Christian Vincent

Avec dans les deux rôles principaux,

Fabrice Luchini

Et Sidse Babett Knudsen  

 00     01

J’arrive en avance sur le « Red Carpet » encore désert,

02

J’en profite pour prendre un « selfie » (le premier selfie volontaire de ma vie) spécialement dédié à Thierry, visiteur assidu du blog, qui souhaitait me voir en costume noir et cravate, ce qui n’est pas coutume, il est vrai…
Voilà, mission accomplie…

03-DSIMAG0245

Curiosité technique du « Red Carpet » de la Mostra :
ce type, mi-robot, mi-caméra, qui, gentiment, pose devant moi pour la « foto »…

Il est vêtu d’un gilet, style gilet pare-balles, et d’une épaisse ceinture, auxquels est accrochée une lourde et puissante caméra, mue par un bras hydraulique le soulageant du poids de cette « machine »…

04-DSC_0089

Ainsi, il tourne autour des stars posant sur le tapis rouge, comme il le fait pour la starlette ici présente, en manipulant sa caméra sans effort apparent…
Il ne regarde pas les personnages qu’il filme, mais seulement l’écran au bas du pied de la caméra, contrôlant ainsi le rendu de l’image filmée…

05-DSC_0091

Cette image est transmise en direct sur les écrans de la Mostra dont l’écran géant du « Red Carpet », visible ainsi par le tout public déambulant dans l’enceinte du Festival…

06-DSC_0092

Comme il tourne en permanence autour des artistes, il produit une image très animée et ne gêne en rien les deux passerelles de « fotografs »…

« Fortiche le gars » pour manipuler efficacement et en temps réel une semblable « machinerie »…

07-7DSC_0093

Au passage, la starlette est fort jolie…

08-DSC_0095

Une vraie poupée…

09-DSC_0097

Mais la vraie star vient d’arriver…

Fabrice Luchini !…
Né le 1er novembre 1951 à Paris, de parents émigrés italiens…

Le public français le connait très bien, je n’en dirai donc pas d’avantage…

10-DSC_0098

Il est accompagné du réalisateur du film,Christian Vincent, qui, au demeurant, a une tête bien sympathique…

Réalisateur et scénariste français né le 5 novembre 1955, Il a remporté en 1991 le César du meilleur premier film et le César du meilleur scénario pour « La Discrète »…

11-DSC_0100

Luchini porte la barbe-moustache à la « Franz Josef », vraisemblablement pour les besoins d’un tournage…

12-DSC_0099

Mais il a l’air excité comme une puce, il remue sans arrêt et n’arrête pas de faire des grimaces avec des sourires semblant forcés…

13-DSC_0104

14-DSC_0114

Quand il veut bien sourire, bien entendu…

15-DSC_0113

Sur cette « foto », il nous fait le coup du doigt tendu, à l’américaine, comme s’il désignait quelqu’un de particulier, mais ce n’est qu’une attitude…
Je suis tout à côté, je vois et entend tout…

16-DSC_0107

Je flashe en solo l’acteur grimaçant…

17-DSC_0124

Apparemment, il n’a pas l’air bien…

18-DSC_0130

Enfin, une pose plus naturelle…

19DSC_0105

J’en profite…

20-DSC_0132

Mais causons un peu du film…

Le synopsis :

« Xavier Racine, joué par Fabrice Luchini, est un président de cour d’assises redouté. Aussi dur avec lui qu’avec les autres, on l’appelle « le Président à deux chiffres ».
Avec lui, on en prend toujours pour plus de dix ans. Tout bascule le jour où Racine retrouve Birgit Lorensen-Coteret, interprétée par
Sidse Babett Knudsen.

21-F2

Elle fait partie du jury qui va devoir juger un homme accusé d’homicide. Six ans auparavant, Racine a aimé cette femme. Presque en secret. Peut-être la seule femme qu’il ait jamais aimée »

Quelle heureuse surprise que de retrouver dans ce film l’héroïne de la fameuse série télévisée danoise, « Borgen, une femme au pouvoir »

22

Dans « L’Hermine », ils forment un duo d’acteurs formidables que nous avons regardé avec beaucoup de plaisir… Quel talent ce Lucchini !…

La séance « Red Carpet » terminée, nous pénétrons dans la « Sala Grande » où, au premier rang du balcon, les sièges attendent les célèbres postérieurs…

23-DSC_0136

Quelques instants après et quelques marches plus haut, arrive Luchini, toujours grimaçant…

24-DSC_0143

Un peu de gesticulation,

25-DSC_0158

Avant de s’asseoir…

26-DSC_0162

Et de nous livrer un festival de mimiques…

27-DSC_0167

Apparemment, son esprit est ailleurs…

28-DSC_0170

Mais pas vraiment dans la salle…

29-DSC_0172

Tandis que Christian Vincent, serein mais attentif, regarde la scène où il se passe quelque chose…

30-DSC_0175

Mais tu regardes quoi, toi ? semble se dire soudain Luchini…

31-DSC_0179

Sur la scène, juste avant la projection, un metteur en scène italien, avec deux interprètes français et anglais, rend hommage à un collègue réalisateur (dont je n’ai pas retenu le nom, hélas) injustement incarcéré dans un camp de travail en Russie…

32-DSC_0189

Mais oui, « y a kekchoze » là-bas…

33-DSC_0192

Les discours se terminent,

La voix off présente les deux artistes :

Luchini, toujours agité…

34-DSC_0210

Et Vincent, plus calme…

35-DSC_0226

Les lumières s’éteignent enfin, la projection commence et nous passons un excellent moment à visionner le film que je vous conseille vivement de ne pas rater…

Et les lumières se rallument…
Les deux artistes se lèvent, ovationné par le public…

36-DSC_0239

37-DSC_0242

Nous avons droit à quelques grimaces supplémentaires…

38-DSC_0248

Sous l’œil amusé du réalisateur…

39-DSC_0253

Soudain, coup de théâtre, après seulement 2 ou 3 minutes d’applaudissements, Luchini se taille, monte les marches jusqu’au premier palier du balcon et nous gratifie de son plus magnifique sourire forcé !…
On ne peut mieux faire dans le genre…

40-DSC_0261

Salue une dernière fois le public…

41-DSC_0263

Sous le regard ébahi de Christian Vincent…

42-DSC_0269

Passe la porte et disparaît…

43-DSC_0272

Désemparé, le réalisateur se rassoit…

4444-DSC_0275

C’est un coup dur…

45-DSC_0276

Ce manque de respect du public et du jury du festival présent dans la salle aura-t-il des conséquences ?… Souhaitons que non…

46-DSC_0277

Évidemment, nous pardonnons tout à un acteur-comédien aussi talentueux que Fabrice Luchini,

Mais quand même…

Claudio Boaretto

Autres articles dans: EVENEMENTS Vivre a Venise