Do you want to view the website in English? X

LE « PALINURO » FAIT ESCALE À VENISE

Le « Palinuro », « c’est un fameux trois mats fin… »… 

Heu, non !…
J’arrête immédiatement,
J’avais déjà commencé mon billet illustré sur le « Belem » par cette même phrase…
il faut que j’arrête de radoter…
Trouvons une expression plus appropriée :

Le « Palinuro », c’est un joli trois-mâts goélette…

01-DSC_1306

Le terrien demandera, un trois-mâts goélette, c’est quoi ?…

C’est un voilier dont le mât de misaine (à l’avant) a des voiles carrées, le grand mât (au centre) et le mât d’artimon (à l’arrière) des voiles auriques, je préciserais même, des voiles auriques à cornes…

Maintenant si vous ne savez pas ce que sont les voiles auriques, pour ne pas me répéter, référez-vous au début de mon article sur le « Belem », qui lui est un trois-mâts barque…
Voici le lien :
ARRIVEE DU BELEM, VOILIER TROIS MÂTS BARQUE, à VENISE

Nous voyons bien sur la « foto » ci-dessous la différence entre le mât de misaine et les deux autres mâts…

02-DSC_1293

Quelques détails techniques :

Longueur hors-tout : 69 m
Longueur de la coque : 59 m
Longueur à la flottaison : 50 m
Largeur maximale : 10,1 m
Tirant d’eau maximal : 4,8 m
Tirant d’air : 30 m
Surface maxi de voilure : 1070 m²

02-DSC_1339

Avant d’être, depuis 1951, un navire école de la marine militaire italienne, c’était un morutier baptisé « Commandant Louis Richard », construit en 1934 dans les chantiers navals de Nantes, armé par la « Société de Pêches Malouines » et destiné à la pêche en Terre-Neuve…

3-DSC_1325

Rebaptisé par la marine italienne « Palinuro », personnage de la mythologie romaine représenté sur la figure de proue, prolongé par deux grandes frises dorées des deux côtés de l’étrave du bâtiment…

04-DSC_1367

Zoom…

05

« Palinuro », du latin « Palinurus », était le mythique barreur du navire qui ramena Énée, fuyant Troie envahie par les grecs, jusqu’en Italie…

Comme on le voit sur cette « foto » de face, il tient dans ses mains un « aviron de gouverne »…

06-DSC_1535

Allons jeter un petit coup d’œil à bord histoire de prendre quelques clichés…

07-DSC_1372

Par rapport à l’origine, la dunette a été très rallongée pour les besoins du navire école, 6 marins et officiers et 75 cadets, ça fait du monde au bord…
Sous la dunette, la cale à poisson est transformée en poste d’équipage que nous ne pourrons pas voir, car, malheureusement, la visite n’est autorisée que sur le pont et la dunette…

08-DSC_1434

Les cordages aux pieds de chaque mât sont toujours aussi impressionnants sur ces vieux gréements…

09

10-DSC_1397

Chaque drisse, chaque écoute a sa fonction clairement définie pour éviter les erreurs…

11-DSC_1402

La cloche et la devise :

« Faventibus Ventis »
(
que les vents te soient favorables)

13-DSC_1391

La timonerie avec les commandes du moteur (car il y a aussi un moteur sur ce voilier)

14-DSC_1424

Le timon…

15-DSC_1433

Les canots pour descendre à terre quand le voilier est mouillé en rade…
Ils sont accessibles depuis la dunette, en arrière-plan le « Palazzo ducale »…

16-DSC_1460

Sur les deux côtés de la dunette, les postes avec compas…

À tribord…

17-DSC_1416

Comme à bâbord, avec vue sur « San Giorgio Maggiore » et la « Salute »…

19-DSC_1438

Un des compas…

20-DSC_1442

Un petit bonjour au matelot d’astreinte…
Pas de pompon sur le bâchis en Italie, dommage pour les filles…

21-0DSC_1475

Les cabestans, sur ce navire-école, pas de moteur électrique, il faut étarquer à la force des bras… On met les pièces de bois dans les gueules rouges et il faut 4 hommes pour la manœuvre…

21-1

Les petits bloqueurs en bas permettent de ne pas laisser filer les drisses…

21-2

Le grand mât vu du pied ou presque…

22-DSC_1471

Le mât de misaine a quand-même plus de « gueule »…

23

Tout en cuivre le « tableau de présence » des officiers…
Le cuivre est tellement poli que nous avons l’impression d’être devant un miroir…

24-DSC_1508

Nous voyons par exemple que le commandant est à bord…

25-DSC_1505

Nous redescendons à terre…

Le « Palinuro » est peint comme « l’Amerigo Vespucci », le second navire-école de la marine italienne, avec de faux sabords en noir…
(
Les sabords, du temps des corsaires, étaient les ouvertures sur les côtés des navires par lesquelles passaient les fûts de canons)…

26-DSC_1524

Le nom à la poupe, comme le veut l’usage et la réglementation…
Avec la « Salute » en arrière-plan…

27-DSC_1516

Au revoir, joli bateau, tu étais là ce week-end, tu ne seras plus là demain matin, mais tu es toujours le bienvenu car tu ne déparais jamais sur les quais de la Sérénissime, à l’inverse de ces immeubles flottants, trop laids hélas, qui traversent encore notre lagune…

28-DSC_1547

Claudio Boaretto

Autres articles dans: EVENEMENTS Vivre a Venise