Do you want to view the website in English? X

LE BROUILLARD SUR LA LAGUNE DE VENISE

En vénitien nous disons : « El caigo su a aguna de Venexia »….

En hiver souvent le brouillard enveloppe d’un épais manteau gris la lagune vénitienne…. Nous sommes alors réveillés le matin par le son des cornes de brume se répercutant en échos….

Il est 11 heures du matin et les fanaux surplombant les « Bricole », bien que toujours allumés, sont à peine visible aux yeux des navigateurs cherchant leur passage, comme nous le constatons sur cette « Dama » indiquant l’entrée d’un chenal….

Cela n’empêche pas les « vaporetti » de naviguer, ils se déplacent sans danger grâce aux radars qui tournent  en permanence au dessus de chaque embarcation de l’ACTV, l’Agence Communale de Transports Vénitiens….Les pilotes de ces bateaux ne sont pas seulement des conducteurs de transports en communs sur qui pèsent déjà de grandes responsabilités, ce sont aussi de vrais capitaines….

Voici le grand « Vaporetto » qui remplace depuis quelques années les « Motonave » et qui fait la navette en traversant la passe de San Nicolò jusque sur la terre ferme à « Punta Sabbioni »…..

Et le « Motoscafo », le plus rapide de la flotte, déversant ses passagers sur l’embarcadère….

Cela n’empêche pas non plus les « Gabbiani reale » de planer devant  les arbres de Sant’ Elena….

Ni les transporteurs d’acheminer les marchandises pour approvisionner les commerces vénitiens….

Près des bâtiments le brouillard s’estompe un peu et nous distinguons presque convenablement la « Marinaressa » de « Castello »….

Et l’entrée de la « Via Garibaldi » derrière le « Ponte de le Cadene »….

Je ne peux pas vous faire rater le palais des Doges dans la brume….

Le campanile de « San Marco » dont nous ne distinguons plus la cime….

La tour de l’horloge et ses deux maures, ombres fantomatiques….

Mais sitôt que nous pénétrons à l’intérieur des « calle » de Venise, le brouillard se fait beaucoup plus discret….

Ce qui n’est pas le cas des bâtiments entourés par la lagune, comme la « Punta dea Dogana », la pointe de la douane, le « caigo », le brouillard est toujours aussi dense….

Comme en témoigne ce ferry qui va bientôt doubler la dite pointe pour emprunter le canal de la « Giudecca »….

Mais, comme je l’ai dit tout à l’heure, cela n’empêche nullement les vénitiens de travailler….

Et les gondoliers de promener leur trop plein de touristes asiatiques….

Bref, malgré les frimas hivernaux, la vie vénitienne de tous les jours….

Claudio Boaretto

Autres articles dans: PROMENADES Vivre a Venise