Do you want to view the website in English? X

La femme invisible

Un hommage aux femmes qui sont si belles mais aussi à la fabuleuse invention des bas qui soulignent les courbes si émouvantes de leurs jambes…

…tant qu’ils sont de couleur foncée ! En effet, on sait que visuellement le noir affine. La contraction des mailles assombrissent les bas aux endroits les plus fins des jambes qu’ils enveloppent. Ainsi, c’est là que les jambes paraissent  visuellement plus fines encore que si elles étaient simplement nues.

Un deuxième jeu visuel s’ajoute à celà quand il s’agit de résille. Un jeu géométrique à base de courbes dont l’orientation et l’écartement sont définies par la forme de la jambe que le bas enveloppe.

C’est l’idée qui sous-tend ce dessin : l’unique jeu des lignes, la forme des mailles, http://pharmaplanet.net doit suffire à faire percevoir la troisième dimension qui manque à la feuille de papier. Donc on abandonne toute idée de modelé pour ne dessiner que des traits noirs de largeur constante. L’abandon du modelé, d’une quelconque idée de lumière et d’ombre se traduit au delà de ça par l’abandon du dessin de nu. D’où l’idée d’une femme invisible.

Tant qu’à ne pas la dessiner, pourquoi se priver d’une position si suggestive ? Le non-dessiné n’en est que plus marquant…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

“La femme invisible” – encre sur papier – format raisin (50 x 65cm)

Autres articles dans: Art de Hugo H.