Do you want to view the website in English? X

Iceberg

La bonne nouvelle : voici le troisième et dernier volet de mon triptyque sur les états de la matière, ou le cycle de l’eau, ou la matière première de notre planète bleue… appelons-le comme on veut. Et perso, je suis content de moi cette fois-ci !

La mauvaise nouvelle, c’est celle qu’apporte cet iceberg avec lui…

L’Iceberg étant – avec l’ours polaire – le symbole du réchauffement climatique, je n’ai pas résisté à choisir ce sujet pour faire passer un message en finissant mon triptyque avec l’eau sous forme solide.

Alors que nous étions en retard pour atteindre nos objectifs du protocole de Kyoto (réduction de la production de gaz à effet de serre), d’autres pays gros consommateurs d’énergies fossiles ont apporté leur contribution… Résultat : La production mondiale des gaz à effets de serre est carrément repassée à la hausse cette année. Nous n’y arriverons pas. L’été dernier a vu un record de la fonte des glaces du pôle nord… à battre cette année ?

Bref, à part ça, le sujet (au sens modèle) m’a bien plu, même si je ne savais pas comment peindre la neige et la glace au départ (enfin, c’est un peu comme cela à chaque nouvelle toile : j’apprends en faisant).

L’idée première ici était de rendre la blancheur de ce bloc de glace. C’est http://parmacieenligne.com pourquoi le fond est si sombre.

Ensuite, au niveau de la teinte, je voulais me situer entre le vert des “Bulles” et le bleu du “Nuage”. D’ou un mélange de deux nuances de bleu-vert, avec un ciel et une mer plus verts et un iceberg plus bleu.

La surface de l’iceberg a été peinte tout dans le frais pour mélanger les teintes et rendre la douceur de la surface de neige. Le reste a été fait avec un peu plus de violence, en plusieurs fois, en salissant bien la toile avant de remettre du blanc. Ainsi, j’ai essayé de rendre les teintes de la glace en profondeur.

Mes recettes habituelles sont toujours là : un cadrage serré, frontal, et un gros contraste pour un impact maximum…

Pour faire mieux, pour faire plus, l’ultime solution aurait été un format supérieur…

mais dans mon nouvel atelier, cela devient envisageable ! Ah, ah, ah !

Je viens de me faire livrer une toile géante dont je ne sais pas encore ce que je vais faire, mais l’important est de l’avoir sous le coude !

Iceberg

“Iceberg” – Huile sur toile – 100x150cm – 1980 €

Autres articles dans: Art de Hugo H.