Do you want to view the website in English? X

CASTELLO, MON QUARTIER FAMILIAL DE VENISE

Le « Sestier de Castello » est un des quartiers populaires de Venise dont ma famille est originaire…. Mais c’est un grand « Sestier », je ne parlerai pas de la partie qui jouxte le « Sestier de San Marco », mais de la partie qui se trouve à l’extrémité Est,  derrière la « Via Garibaldi » et avant l’île de « San Piero », pour les connaisseurs : « Fondamenta San Ana », « San Isepo », « Secco Marina », ect….

Pour les vénitiens snob de « San Marco » et du grand canal, « Castello » c’est en quelque sorte un coin malfamé de Venise…. S’il l’eut été à une certaine époque, cela reste à prouver…. Il est sûr que l’on n’y trouvera pas de palais habités par les nobles ou les familles patriciennes de Venise, mais c’est un lieu non encore complètement perverti par le tourisme de masse où habitent toujours les classes populaires et ouvrières de Venise dont je suis fier d’être issu…. Evidemment tout ce qui est populaire et ouvrier peut être considéré comme « malfamé » par tous ceux qui ont « la spuza soto el naso », (en français littéralement « la puanteur sous le nez », c’est une expression vénitienne qui veut dire que les gens lèvent le nez, donc la tête adoptant ainsi une attitude hautaine….  On pourrait la traduire en français plus prosaïquement par : « péter plus haut que son cul »)

Le visiteur qui descend au « Pontil » (embarcadère) des « Giardini » se trouve face au « Viale Garibaldi », allée ombragée qui rejoint la « Via Garibaldi » perpendiculaire…. Ne pas confondre le « Viale » et la « Via »….

Sans emprunter le « Viale Garibaldi » nous tournons tout de suite sur la droite…. Je ne peux m’empêcher de prendre en « foto » ce petit coin de jardin protégé par une grille et qui peut vous sembler, de prime abord, sans intérêt….. Ma compagne vous le dirait, chaque fois que je passe, j’ai toujours l’espoir d’apercevoir un Soriano ou deux y faisant la sieste…. Du temps de ma jeunesse, cet endroit était toujours rempli d’une dizaine, voire une quinzaine de chats réfugiés derrière la grille, et je passais des heures à tenter de les caresser…. D’aucuns boitaient, ou avaient l’oreille arrachée ou l’œil sanguinolent, c’est que, vivants en « compagnies », le non respect de la hiérarchie avait des conséquences fâcheuses et visibles….

Voici l’entrée du quartier, vue depuis le « Ponte dei Giardini » : à tribord le « Rio San Isepo », et à bâbord, une fois passé les deux petites colonnes en briques, nous pénétrons dans le petit campo « Rio terrà del Fornèr »….

Suivant la rive du rio, sur notre gauche, les « calle » caractéristiques du quartier, avec les fils à tendre le linge traversant la calle, à droite une « Altana » terrasse en bois typique…. Les « calle » sont toujours d’une propreté remarquable malgré le côté dit « populaire », nous voyons même à gauche un petit sac poubelle accroché pour ne pas qu’il traine à terre…. Nous sommes en fin d’après midi, rejoint par d’autres sacs, il sera ramassé demain matin par les « Spazzin », les éboueurs-balayeurs de la Cité….

Un peu plus loin, le pont et l’église de « San Isepo », (Saint Joseph) où se sont mariés « la mia Mama e el mio Papà »…. C’était le 10 mai 1941….

Mais nous sommes au mois de décembre 2013 et le linge est encore pendu dans les « calle »…. Les vénitiens profitent du moindre rayon de soleil ou du plus petit souffle de vent…. Et ça sèche !….

Nous continuons la promenade de l’autre côté du « Rio San Ana »…. Voici le « Rio detto Riello »….

Et ce petit campo où le puits fut remplacé par la fontaine…. Une avancée historique pour le bien-être des habitants à l’époque….

La vétusté des lieux ajoute à son charme….

Et toujours ces « calle » typiques, voire « mythiques » avec le linge pendu…. Le sèche-linge ?…. Inconnu ici !….

Le long du rio, ces arcades d’un autre temps qui supportent l’antique plancher des maisons défiant le temps….

Dans le « Campielo del Figareto », cette toute petite chapelle, comme nous en croisons souvent au détour des ruelles de ce quartier …..

Depuis le « Campo di Ruga », un « Sotoportego » très étroit et très bas…. Une main charitable a laissé cette inscription : « attention à la tête » avec deux petites flèches pour bien visualiser le danger…. Hilarant !….

Si nous l’empruntons, (tête baissée), nous arrivons dans un tout petit « Campielo » donnant sur un second « Sotoportego » débouchant sur le « Rio San Piero »….

Pour en sortir, deux solutions : soit on se jette à l’eau, soit on se cogne la tête….

Sur le chemin du retour, nous retraversons en sens inverse le « Rio San Ana », à l’arrière de la « Via Garibaldi »…. Pas encore 17 heures en ce début décembre, mais la pénombre s’annonce déjà…..

Nous voici à la « Marinaressa » dont je vous ai déjà parlé dans des reportages précédents, vue de l’intérieur…. Face à nous la « Riva dei Sette Màrtiri »…. J’aime cette ambiance entre chien et loup….

La « Marinaressa », vue maintenant de l’extérieur, depuis la rive….

Depuis la rive toujours, le début du « Rio San Isepo » au soir tombant….

Et, par un simple demi-tour sur soi-même, face à nous, le couchant sur la lagune, dont on ne se lasse jamais….

Tout près de la rive, les « vaporetti » passent, avec, depuis quelques jours, cette nouvelle « réclame » pour le « Spritz al Select »….

Le « Select » est un des quatre adjuvants au Spritz…. Pour mémoire, nous avons aussi le Spritz au Bitter (Campari), celui à l’Aperol (goût Orange), et celui au Cynar (à base d’Artichaut)….
Le Select (au secret de fabrication bien gardé) est typiquement et exclusivement vénitien, et, dois-je vous l’avouer, mon Spritz quotidien et préféré…. Gros plan :

Voici donc venue l’heure du Spritz, « Spritz Hour », et c’est sans regret que nous terminons cette balade pour rejoindre notre « Baccaro » habituel,
(Baccaro : nom typique des bars vénitiens)….

Claudio Boaretto

Autres articles dans: PROMENADES VIE PRATIQUE VIE QUOTIDIENNE Vivre a Venise