Do you want to view the website in English? X

BALADE DANS LA LAGUNE SUD DE VENISE

Vendredi 10 août 2018, Hugo H et votre serviteur sommes repartis pour une grande balade dans la lagune sud de Venise, lui, toujours pour des raisons picturales, moi, pour encore des raisons « fotografics », harnaché de ce fait de mes deux boitiers avec grand-angle d’un côté et téléobjectif de l’autre…

Pour ceux qui connaissent la géographie lagunaire voici le parcours de notre longue balade lagunaire, le point de départ étant le canal de Cannaregio désigné par la croix rouge à droite du plan…

0-canali-navigazione-limiti

Nous avons d’abord emprunté le « Canale Nuovo di Fusina » pour rejoindre le « Canale de Malamocco » communément appelé canal des pétroles…

S’offre alors à notre vue un cargo qui vient de faire son plein de containers au port de « Venezia-Marghera » avant que de rejoindre la haute mer…

Un remorqueur à l’avant, un remorqueur à l’arrière, ce dernier amarré à l’envers du porte-containers afin de pouvoir éventuellement le freiner de toute la force de ses puissants moteurs en cas de problème ou d’avarie…

1-DSC_9897

Partis à 11 heures du matin, 5 heures de navigation nous attendent sur notre piot bateau avec son moteur tranquille de 9,9cv…

Sous un soleil de plomb, le thermomètre de ce jour affiche 33 degrés à l’ombre, et de l’ombre, nous n’en n’avons guère à bord…

Quelques nuages çà et là, mais tant de luminosité que par moment nous ne distinguons même plus l’horizon…

2-2018-08-10-030

Ce pêcheur à la ligne sur son petit bateau, a trouvé la parade…
C’est bien vénitien…

3-DSC_9943

Aussitôt quitté le canal des pétroles, nous retrouvons le paysage typique lagunaire,

Avec ses longues « Barene » (lais) formant comme de fins traits de pinceau entre le ciel et l’eau…

4-2018-08-10-039

Avec ses ruines en briques que l’on trouve parfois sur un petit lopin perdu au milieu des eaux, preuves d’une existence passée…

5-DSC_9952

Sur les pals des chenaux, des sentinelles montent la garde comme ce cormoran, appelé aussi corbeau de mer…

6-DSC_0010

Les cormorans, très farouches, s’enfuient toujours à notre passage, mais pour une fois, celui-ci, plus hardi que d’autres, nous regarde passer sans s’envoler…
Rare…
7-DSC_0015

Les traditionnels filets de pêcheurs sur les « Barene » …

8-2018-08-10-063

Au loin le « Casone Zappa », un des buts importants de notre balade…

9-2018-08-10-046

Nous approchons et distinguons bien maintenant le pavillon de chasse et la tour d’observation avec son escalier en colimaçon…

10-DSC_0067

Le « Casone Zappa » n’est que la partie visible de l’iceberg car derrière ce pavillon de chasse s’étend une vallée de pêche de plus de 350 hectares…

Les vallées de pêche sont une forme particulière de la pisciculture où les poissons se nourrissent naturellement et par eux-mêmes dans ces espaces lagunaires naturels fermés car séparés de la lagune ouverte par des berges naturelles ou artificielles, (pals, pieux, digue) … Une pratique de la pisciculture « estensiva » (extensive, par opposition à intensive)
Rien à voir avec ces poissons élevés en Norvège, en Bretagne, en méditerranée ou ailleurs, bars, dorades et autres, nourris avec des granulés composés de farines de poissons mixés avec on ne sait quels adjuvants

Parallèlement ces vallées sont aussi des territoires de chasse privilégiés et privés gérés par les propriétaires… D’ailleurs certaines vallées furent rachetées principalement pour la chasse aux gabions…

Nous voilà aux abords de ce fameux « Casone Zappa », le plus connu de la lagune mais rarement visité car excentré et difficile d’accès …

11-2018-08-10-065

Ce splendide pavillon de chasse du « Valle Zappa » se distingue par son architecture particulière. Personne ne s’attend à trouver une maison de style nordique au milieu de la lagune du Sud…

Bien qu’il n’ait rien à voir avec les maisons de chasse traditionnelles de la lagune, il s’intègre parfaitement dans le paysage lui donnant un aspect typique des contes fantastiques des sagas nordiques…

12-2018-08-10-072

Ce « Casone » fut construit entre 1923 et 1928 à la demande de Mario Malvezzi de Vicenza, et conçu par l’architecte Duilio Torres, frère de Giovanni, à qui nous devons quelques villas Liberty sur l’île du Lido de Venise…
Torres, passionné d’architecture nordique et répondant à la volonté du propriétaire, a édifié ce joyau hollandais…

13a-2018-08-10-081

Sur la façade du pavillon se trouvent les armoiries de la famille Arrigoni de Oddi (propriétaires de 1867à 1942) représentant trois « Zappe » (les 3 barres diagonales rouge, d’où le nom de la vallée).

13b-stemma-famiglia-arrigoni degli oddi-

Une plaque de marbre rappelle aussi comment le comte Ettore Arrigoni de Oddi, chasseur et ornithologue célèbre, a abattu, d’août 1877 à décembre 1921, 51303 oiseaux.
44 ans de chasse et tout était noté et répertorié…
Sa collection d’oiseaux conservés dans le Musée de zoologie de Rome est la plus importante d’Italie… 
(Une partie de la collection à Rome, foto trouvée sur le Web)

13c-arrigoni-21-2

Voici la vanne principale de la vallée, fermée ou ouverte selon les saisons et les marées, descendantes pour faire entrer les alevins, montantes pour capturer les adultes voulant rejoindre la mer…

14-2018-08-10-083

Une vue des canaux de la vallée « Zappa » par Google Earth…

1-

Shoot de la petite tourelle bancale en face du pavillon mais faisant partie intégrante de la vallée et que l’on voit tout en bas à droite dans la foto précédente…

15b-2018-08-10-095

Revenons au pavillon, le côté sud-est, ma « foto » préférée de ce reportage illustré…

16-2018-08-10-116

De face, nous voyons aussi le haut de la tour d’observation qui permet de repérer les arrivées des oiseaux et de choisir les différents gabions et huttes pour la réussite des journées de chasse…

17-2018-08-10-134

Il est temps de continuer notre route, nous nous éloignons…

18-2018-08-10-133

25 minutes plus tard, nous voilà devant un autre pavillon et sa tour d’observation…
Le « Casone Valle Figheri » …

19-DSC_0085

Une vallée de 400 hectares…
Il faut savoir que les vallées de pêches couvrent 9200 hectares, soit 1/6 de la surface lagunaire…
Quelquefois j’aimerais bien y faire un tour, mais c’est privé, dommage…

Panoramique composé de 2 « foto » …

20-DSC_0108-Panorama

Et toujours les filets qui sèchent le long des « Barene » …

2-

Au détour d’un lais deux hommes dans l’eau, loin de leur bateau…
Mais que font-ils ? …
Ils pêchent la « Vongola », la palourde…

22-DSC_0098

14 heures, heure d’été, le soleil est au zénith…
Nous avons chaud…

Tout à coup dans les herbes, nous apparait l’oiseau au bec recourbé !…

La seconde fois que j’en vois un dans la lagune…

23-DSC_0131

C’est un « Ibis sacré » selon les dires des ornithologues vénitiens de ma connaissance, et non un ibis australien comme je l’avais cru la première fois…

Il ouvre légèrement son bec impressionnant…

24-DSC_0137

Notre approche le fait fuir…

25-DSC_0154-PS

Bel oiseau, mais c’est une espèce allochtone et invasive qui pourrait mettre en péril les espèces lagunaires autochtones…

26-DSC_0168

Dans cette partie de la lagune sauvage, fort peu fréquentée, il n’y a plus de « Bricole » ou de pals pour délimiter les chenaux, la navigation se fait au feeling en tentant d’éviter les hauts-fonds… Nous avons déjà labouré quelque peu la vase avec notre hélice nous obligeant à faire demi-tour et emprunter un autre méandre…

27-DSC_0193

Au loin parmi les pals des « Barene », une aigrette garzette… Je suis à fond de zoom, avec ma focale de 600mm…

28-DSC_0220-PS

Le « Casone Prime Poste », désormais en ruine…
Ce fut un premier avant-poste de chasse, d’où son nom…

31-DSC_0238

Au loin, un homme dans l’eau devant son bateau…

32a-DSC_0235-PS

En réalité, ils sont deux, encore des pêcheurs de palourdes…
Ils ont une drague manuelle qu’ils tirent à la force des bras et qui se termine par un filet en forme de nasse où ils récupèrent les palourdes qui, à la fin, ne sont plus si légères…

32b-DSC_0240

Sur les pals de pêche où traînent les filets, se posent par centaines mouettes et goélands…

33-DSC_0256

Un jeune à l’atterrissage…

34-DSC_0228

Ça mérite un panoramique…

35-2018-08-10-155

Le « Casone Millecampi », pavillon d’une vallée de 1608 hectares…
Traditionnel pavillon de chasse lagunaire, rénové depuis peu car, sur d’anciennes cartes touristiques, il n’était plus que ruines…

36-2018-08-10-161

D’ailleurs avant qu’il ne prenne l’allure d’un pavillon nordique le « Casone Zappa » ressemblait tout à fait au « Casone Millecampi » à l’époque du comte Ettore comme en témoigne cette ancienne « foto » trouvée sur le Web… 

36b-téléchargement-2-2

Après les goélands, retour aux cormorans, autres familiers de la lagune…
Je regarde devant, tu regardes derrière…

37-DSC_0343

Mais je n’ai pas confiance, je me sauve en courant sur l’eau pour prendre mon envol…

DSC_0282-PS

Manière typique de s’envoler des cormorans, jamais vers le haut, toujours à ras des flots jusqu’à toucher l’eau à chaque battement d’ailes…

40-DSC_0284-PS

Et là, je te regarde à bâbord…

41-DSC_0359

Je te regarde à tribord…

42-DSC_0361

Mais je me barre quand-même avec mes battements d’ailes clapotant…

43-DSC_0378-PS

Je terminerai ce reportage sur un dernier portrait de corbeau de mer…

45-DSC_0422-PS-2

Sitôt à quai, le bateau bien marré, nous nous sommes précipités et désaltérés  avec quelques spritz bien frais et largement mérités…

Claudio Boaretto

Autres articles dans: PROMENADES